La laine (2)

Par Lucie Ceresa - 29 janvier

(Mouton Mérinos, publicité de la marque Icebreaker)
C'est l’hiver ! ⛄ Qui dit hiver, dit gros pulls bien chauds en laine… 
Mais qu’est-ce qu’une laine de bonne qualité ? Peut-elle être considérée comme une matière textile éthique et éco-responsable ? 
Quelques pistes pour vous aider dans votre réflexion…  

Sommaire 

Qu'est-ce qu'une laine de bonne qualité ? 
Qualité de triage
Le label Woolmark
La laine Mérinos : la star des laines

La laine : une matière éthique et éco-responsable ? 
Environnement
Éthique
Les labels - le label Nativa

Qu'est-ce qu'une laine de bonne qualité ? 

Qualité de triage [1]

La qualité finale d’un produit en laine découle principalement de la qualité des fibres qui le composent, qui elle-même dépend de l'endroit de prélèvement sur la toison du mouton.  C'est ce qu'on appelle la qualité de triage. 
Les laines provenant des parties épaules, flancs, reins et cou de la toison sont les plus appréciées, car les fibres sont longues et fines. 
La finesse des fibres est le principal critère de qualité. C’est là-dessus que les classements des laines sont faits. A noter : les fibres de laine les plus longues sont souvent les plus fines. 




👓 L’info en + : Le boulochage peut être un critère de qualité. En effet, ne boulochent que les laines très fines. 

👓 L'info en + : Le titre est la grandeur utilisée pour déterminer la finesse d'un fil, son diamètre étant trop faible pour être mesuré directement. Il s'agit d'une masse par une unité de longueur. 

Le label Woolmark - Autres mentions [2]

Avez-vous déjà aperçu ce logo ?


L’origine du label Woolmark remonte aux années 1940 lorsque les éleveurs de moutons d’Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud et Uruguay ont décidé de s’associer pour promouvoir leurs productions sur les marchés et de prélever un pourcentage sur le commerce international (les ventes globales) de la laine. 
Le logo de la pelote a été créé en 1964 par Franco Grignani et Francesco Saroglia, afin de permettre l’identification des produits en laine vierge. 
La certification Woolmark désigne les produits contenant de la laine vierge provenant de la tonte d’animaux sains et vivants
L’étiquette Woolmark garantie un produit en pure laine vierge, c’est-à-dire que la laine vierge représente 100% de sa composition.

Pure laine vierge : les produits en laine portant cette mention sont composé au maximum de 0,3% d’autres fibres que des fibres de laine.
Laine vierge : cette appellation est identique à l’appellation pure laine vierge, mais le pourcentage de fibres autres que des fibres de laine peut être de maximum 7% dans composition de l'étoffe du vêtement.
Woolmark Blend (mélanges majoritaires) : produits en laine contenant de 50 à 99% de laine vierge.
Wool Blend (mélanges minoritaires) : produits en laine contenant de 30 à 40% de laine vierge




🚨Les mentions telles que 100% laine, Pure laine ou Laine peuvent indiquer des produits faits de laine de moindre qualité ou de laine recyclée. Ils ne peut pas leur appliquer les appellations Pure laine vierge et Laine vierge, issues de la certification Woolmark. 


(Source : Sheep Central)


La laine Mérinos : la star des laines [3]


Aujourd’hui, lorsque nous parlons de vêtements en laine, dans 90% des cas il s’agit de laine provenant de l’espèce Mérinos. 

En effet, les fibres de la toison des moutons Mérinos sont réputées pour leur finesse, leur douceur et leur grande résistance. Ces trois critères qualité en font une laine très appréciée et utilisée pour la confection de vêtements, que ce soit pour l’habillement classique ou pour des produits sportifs plus techniques. 

Et oui ! Les sportifs apprécient le caractère thermorégulateur naturel de la laine, sa résistance aux frottements lors des mouvements, et ne l'oublions pas, sa propriété anti-odeur, des aspects non négligeable des activités sportives ! 

La laine : une matière éco-responsable et éthique ? 


Environnement [1][3][4]

La laine est une matière textile naturelle. A l’instar de ces consœurs synthétiques qui lui sont souvent préférées pour leur coût moindre, elle ne dérive pas de la pétrochimie, donc du pétrole. 

Petit rappel : Matières naturelles ? Matières artificielles ? Matières synthétiques ?




La laine est biodégradable et recyclable… à condition de ne pas être mélangée à d’autres matières ! Effectivement, il n’existe pas encore de moyen efficace pour séparer différents composants textiles d’un matériau dans le but de le recycler. 
Les fibres de laine se caractérisent également par leur grande solidité et confère donc une bonne durabilité aux produits qu’elle compose. Enfin, elle est facile d’entretien (attention à respecter les cycles machine adaptés à la laine !) et est peu salissante. Cela fait d’elle une matière textile qui demande peu d’eau et d’énergie pour son nettoyage. 
Le plus impactant dans l’industrie lainière reste l’élevage des moutons. En effet, comme tout élevage d’animaux, il est générateur de gaz à effet de serre, principalement de méthane. 
Les derniers chiffres issus du rapport « Taking climate change through livestock » datant de 2013, et publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, montrent que l’élevage mondial (tous élevages confondus) est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre. La part de l’élevage mondial des petits ruminants (moutons et chèvres) est d’environ 6,5 %. 
Par comparaison, les transports (tous confondus) représentent 14% des émissions totales de gaz à effet de serre. 
Enfin, l’élevage provoque une dégradation des sols ainsi qu’une pollution des cours d’eau. L’utilisation de pesticides et engrais lors de l’épandage provoque le rejet de nitrates et phosphates qui se retrouvent dans les cours d’eau et nappes phréatiques, potentiellement captés pour la consommation humaine. 

Ethique [3][5]

Comme pour tout élevage, des questions de maltraitantes animales ont été soulevées. 
Mais il est une pratique propre à l’élevage bovin qui suscite la controverse : le mulesing. 
Cette technique chirurgicale consiste à faire une ablation d’une partie de la peau péri-anale de l’animal. Généralement, cette ablation s’accompagne de la coupe de la queue du mouton. 
Ces interventions sont réalisées sur les agneaux. La zone ainsi traitée guérit en laissant place à un tissu cicatriciel ne comportant pas de replis et n’est donc pas souillée par les déjections de l’animal. 
Le mulesing est couramment pratiqué dans les élevages de moutons Mérinos d’Australie, sous couvert de protection de l’animal contre la myiase, c’est-à-dire les troubles provoqués par la présence de larves de parasites. 
Cette pratique, qui tend à disparaître en Nouvelle-Zélande, a conduit au boycott de la laine Australienne dans les années 2010. 

Fort de ces informations, nous pouvons dire que la laine, en tant que matériau textile, répond à tous les critères pour être considérée comme une matière textile éco-responsable. 
Mais sa chaîne de production n’est pas sans impact sur l’environnement et soulève des questions éthiques sur l’élevage des animaux. 

Les labels - le label Nativa [6][7][8]

Les labels classiques que nous avons déjà mentionné et expliqué dans des articles précédents s’appliquent également aux produits confectionnés en laine. 
Par exemple, le label GOTS qui garantit : 
  • La provenance biologique des fibres animales et végétales utilisées 
  • Le respect des normes de travail de l’Organisme International du Travail 
  • L’interdiction d’utiliser des produits toxiques, des substances cancérigènes, des métaux lourds ou des fibres OGM
Les produits certifiés GOTS doivent contenir : 
  • 75% à 90% de fibres issues de la culture biologique 
  • Maximum 10% de fibres synthétiques ou artificielles 
Le label Nativa 



En 2017, le négociant et fournisseurs de laine Chargeurs Luxury Materials a décidé d’aller plus loin dans sa stratégie commerciale en créant son propre label : Nativa
👓 L'info en + :  Chargeurs Luxury Materials, c'est quoi ?


Chargeurs Luxury Materials est un fournisseur de fibres de laine Mérinos de qualité supérieure, appartenant au groupe français Chargeurs. 
Son but : fournir à ses clients un long ruban de fibres de laine peignée qui sera utilisé pour la fabrication de fils à destination des ateliers de tricotage et/ou tissage. 
Qualité, traçabilité et stabilité des fibres proposées sont les principes fondamentaux que Chargeurs Luxury Materials s’engage à respecter en sélectionnant les meilleures balles de laine brute auprès de producteurs du monde entier.  
L’habillement et les vêtements techniques de sport sont les deux marchés principaux avec lesquels travaille Chargeurs Luxury Materials, auprès de clients qui recherchent des qualités de laine respectueuses de l’environnement et du bien-être animal, en plus d’un produit de qualité supérieure. 
Par exemple, Chargeurs Luxury Materials s’oppose à la pratique du mulesing, expliquée plus haut, et s’engage à ne pas fournir de fibres de laine provenant de moutons ayant subit cette ablation. 
La force de Chargeurs Luxury Materials est indéniablement son réseau de producteurs et de transformateurs qui lui permet de maîtriser et contrôler toute la chaîne de production. 
Pour en savoir plus sur Chargeurs Luxury Materials c'est par ici...





Fort de sa grande expérience en négoce de fibres de laine, Chargeurs Luxury Materials a donc décidé de créer le label Nativa. 
Acquérir le label Nativa c’est garantir des vêtements confectionnés à partir de fibres de laine Mérinos de qualité et traçables. C’est également la garantie d’une chaîne de production transparente où chaque acteur reçoit une certification précise, de la ferme d’élevage à l’étape de confection finale. 
« Chaque maillon de la chaîne de valeur certifié par Nativa doit se conformer aux principes énoncés par le protocole en termes de RSE, de bien-être animal, de gestion des terres et de normes industrielles. A cette fin, un audit est réalisé par une société indépendante chaque année. »



"Le pillier de Nativa est le service haut de gamme qu'il offre aux marques" (Chargeurs Luxury Materials)

Donc, comme nous l’avons déjà évoqué : regardez bien les étiquettes de vos vêtements ! 



Sources utilisées pour la rédaction de cet article 

[1] Cours ENSISA (personnel) 
[3] Article sur la laine sur le site WEDRESSFAIR 
[4] Rapport "Taking climate change through livestock" (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture)


  • Partager:

Vous aimerez également

0 commentaires