Hopaal

Mis à jour : nov. 14


Le Pull du Futur


Le Pull du Futur, cela vous dit quelque chose ?


Un pull confortable et tendance qui serait composé seulement de matières textiles issues du  recyclage, et, cerise sur le gâteau, entièrement confectionné en France… 

C’est le pari audacieux dans lequel s’est engagé la marque française Hopaal en 2017. Et quel succès rencontré !


Depuis, la marque qui s’est étoffée de nouveaux produits, a réitéré l’exploit en créant l’Anti-Chemise, son second produit emblématique… « qui rhabille toutes les autres chemises » ! 



L'Anti-chemise, de la marque Hopaal


Rencontre avec cette jeune marque française qui a tout compris…


Sommaire :


Rencontre

Généralités

Les matières textiles utilisées

La confection

Questions bonus !


Notre avis 

Le test grandeur nature


En préambule, rappelez-vous de ceci :



Sur les 200 000 tonnes annuelles, environ, de produits textiles usagés collectés seulement 1/3 sont recyclées...

Et à l'échelle mondiale, l'industrie textile reste la seconde industrie la plus polluante précédée par l'industrie

pétrolière. Triste record... 


  • Généralités

Matières Premières : Pouvez-vous présenter, en quelques mots, la marque Hopaal ? 


Hopaal : Hopaal est une marque de vêtements 100% confectionnés avec des matières textiles recyclées. Notre but est d’habiller les gens avec des produits générant un impact environnemental minimal. 


Matières Premières : Et l'équipe, qui se cache derrière ? 


Hopaal : Actuellement, nous sommes 6

- Clément et Mathieu : les créateurs de la marque 

- Blandine : la styliste et modéliste

- Pierrick : le responsable de la communication 

- Romain : le responsable du web-marketing 

- Kimberley : la responsable des relations clients 



Clément, Kimberley, Pierrick, Mathieu, Blandine et Romain


Matières Premières : La démarche de base de la marque était-elle dès le départ de « faire des vêtements en fibre recyclées »  ?


Hopaal : Oui, nous avons imaginé et construit la marque autour de ce principe fondamental qui est devenu le positionnement et la définition de Hopaal. 


Matières Premières : Pourquoi ce choix ? 


Hopaal : Le choix de travailler avec des fibres issues du recyclage de textiles usagés s’est imposé à nous pour l’impact moindre que cela engendre dans la fabrication globale des vêtements. 

Et puis, nous nous inscrivons dans une démarche d'up-cycling et de diminution des déchets textiles en revalorisant d'anciens vêtements qui serviront à la confection de nouveaux. 


En tant qu’entreprise, il est primordial de se responsabiliser. En effet, notre réflexion ne porte pas seulement sur les produits finaux que nous commercialisons mais sur toutes les composantes de la société. Nous souhaitons notre entreprise la plus propre possible, avec un minimum d'impact. 

Bien sûr, nous ne sommes pas parfaits mais notre implication est totale ! 


Matières Premières : Quelles ont été les étapes clés dans la création et l'évolution de la marque ? 


Hopaal :



Matières Premières : Pourquoi être basé à Anglet ? 


Hopaal : L’aventure Hopaal a commencé à Toulouse. 

Transférer l’entreprise à Anglet, c’était se rapprocher de ce qui compte vraiment pour nous : l’océan et cette nature que nous tenons à préserver. Et puis, nous bénéficions d’un cadre de vie exceptionnel !



Anglet, c'est là...


Matières Premières : Pourquoi ce nom, Hopaal ? 


Hopaal : Quand nous avons créé la marque, nous voulions un nom court qui interpelle. 

Pour nous, ce nom évoque la nature (les eaux pâles) et l’espoir (hope, en anglais) pour la planète et le futur. Cependant, c’est notre interprétation. 

Nous souhaitions un nom abstrait pour nos clients puissent y voir ce qu’ils veulent et s’identifier facilement à celui-ci. 


  • Les matières textiles utilisées


Matières Premières : Passons à des questions d’ordre un peu plus techniques… 

Sur le site, vous parlez de « sélection de matières recyclées et de développement de matières recyclées » . Qu’est-ce que cela signifie ? 


Hopaal : Cela veut dire que nous, en collaboration avec nos partenaires, sélectionnons nous-mêmes les matières textiles (fils) avec lesquelles nous voulons confectionner nos produits. 

La conception des patrons et des produits finis Hopaal est réalisée en interne par notre styliste, Blandine. 


Matières Premières : Mais qu’entendez-vous par « sélection de matières recyclées » ? Est-ce le choix des fils et/ou des tissus/tricots avec lesquels les produits seront conçus ? 


Hopaal : Les deux en fait ! 

A la base, pour chaque pièce imaginée, nous sélectionnons les fils avec lesquels sera conçu la matière tissée (ou tricotée) utilisée pour la confection. 

Une fois tissée (ou tricotée), si le rendu de la matière correspond aux attentes de notre styliste, nous lançons les prototypes du produit prévu. 

Mais il arrive parfois que le rendu ne soit pas en adéquation avec ce qui était attendu et la matière ne peut être utilisée pour le produit initialement prévu. Dans ce cas, nous réalisons d’autres tests pour trouver une autre utilisation, malgré tout, à cette matière. Rien ne doit se perdre ! 


Matières Premières : Vous travaillez principalement avec du coton biologique et polyester recyclés. Pourquoi ces 2 matériaux en particulier ?


Hopaal : Principalement pour leurs caractéristiques techniques. 

En effet, le coton est une matière naturelle respirante et douce. Quant au polyester, c’est une matière synthétique qui apporte de la résistance au matériau textile final, ainsi qu’une certaine isolation. 

De plus, il permet de contrebalancer la perte de propriétés mécaniques du coton recyclé. C’est important car le processus de recyclage entraîne un raccourcissement des fibres de coton qui engendre une altération non négligeable des propriétés du coton ainsi recyclé.


Matières Premières : D’où proviennent le coton biologique et le polyester qui sont recyclés ? Achetez-vous des fils « prêts à l’emploi » ? Ou êtes-vous plus en amont, c’est à dire à la sélection des textiles à recycler ? 


Hopaal : Effectivement, nous commandons des fils « prêts à l’emploi », comme vous dites, composés d’un mélange de coton biologique recyclé et de polyester recyclé. 

Le coton provient de chutes de tissus et de vieux vêtements. La sélection des textiles à recycler est réalisée par nos fournisseurs de fils. 

Quant au polyester, il provient du broyage de bouteilles plastiques. 



Composition de l’Anti-chemise : 47% de coton biologique recyclé, 49% de polyester recyclé, 4% autres fibres.


Matières Premières : Comme vous l’avez sous-entendu précédemment, le recyclage pour filature provoque inévitablement le raccourcissement des fibres brutes. 

Des fibres plus courtes donnent des matériaux textiles aux caractéristiques correctes mais moindres que celles de matériaux conçus avec des fibres brutes, c’est-à-dire plus longues. 

Est-ce que vous contrôlez les propriétés des fils et/ou des matériaux finaux ? Si oui, quels types de test sont réalisés ? 


Hopaal : Effectivement, nous contrôlons les propriétés des matériaux textiles obtenus. 

Tous les fils utilisés répondent à des normes et des critères de résistance mécanique, d’élasticité, d’allongement… C’est d’ailleurs pour cela que les fils que nous employons sont composés d’un mélange de coton biologique et de polyester recyclés.

Pour les produits finaux, les seuls tests réalisés sont des tests supplémentaires « non-officiels » en interne sur les prototypes des produits attendus. Ce qui permet d’apporter les modifications nécessaires jusqu’à arriver aux produits définitifs qui seront commercialisés. 


Matières Premières : Concernant la récupération des textiles usagés, avec quel(s) partenaire(s) de récupération travaillez-vous ? Est-ce que vous sélectionnez vous-mêmes les textiles à recycler suite à cette récupération ? Quels sont les critères de sélection ? 


Hopaal : En France, nous travaillons avec Le Relais. Nous travaillons également avec différents partenaires de collecte et de recyclage en Espagne. 

Si nous choisissons les fils avec lesquels nous souhaitons confectionner nos produits, la récupération des textiles usagés à recycler n’est pas une compétence interne. Nous faisons, donc, confiance à nos fournisseurs de fils qui s’occupent de cette sélection pour fabrication des fils. 

Les critères de sélection sont précis : les textiles doivent présenter une certaine qualité et, surtout, une chaîne d’approvisionnement complètement transparente pour pouvoir certifier le fil qui en découlera. 


Matières Premières : Parlons de la filature des fils que vous utilisez. La filature est-elle réalisée en France ? Par des sociétés certifiées ? Si oui, quels sont les labels ? 


Hopaal : La filature des fils est faite en Espagne. Nous n'avons pas trouvé de filatures françaises, à ce jour, qui produisent des fils en matières recyclées. 

Et oui, la transformation dans sa globalité (filature, tissage/tricotage, confection) est certifiée GRS (Global Recycled Standard), qui prouve que les matières textiles utilisées sont issues du recyclage. 


Matières Premières : Achetez-vous des fils écrus, c’est-à-dire non teints ? Ou est-ce que vous vous adaptez aux coloris proposés ?


Hopaal : Les fils sont achetés pré-teints. Donc, nous nous adaptons aux coloris disponibles. Nous faisons une sélection en fonction des produits que nous voulons créer et, bien évidemment, en fonction des tendances à venir. 


Matières Premières : Et qu’en est-il de l’ennoblissement des textiles qu’emploient Hopaal ? 


Hopaal : Il est entièrement certifié Oeko-Tex.


Rappel : La certification Oeko-Tex assure que les produits (vêtements) sont exempts de substances toxiques nuisibles aux consommateurs. 


Matières Premières : Et le chanvre, utilisé pour faire les boutons de l’Anti-chemise, est-il également récupéré et transformé en un composite ?


Hopaal : Oui c’est tout à fait ça ! En plus la chanvre est une super matière qui consomme très peu d’eau pour sa culture et sa transformation. 


Matières Premières : Vous mentionnez « d’autres matières », quelles sont ces autres matières utilisées ?

 

Hopaal : Il y a la laine recyclée, notamment utilisée pour tricoter les Pulls du futur et les bonnets. Et nous utilisons également du polyamide recyclé et de l’acrylique. 

Il y a aussi de l’élasthanne présent dans nos paires de chaussette mais l’élasthanne n’est pas recyclé car son processus de recyclage n’existe actuellement pas.


Matières Premières : Est-ce qu’il y a une différence de prix entre des fils en fibres brutes et des fils en fibres recyclées ? 


Hopaal : Oui, pour l’instant les fils en fibres recyclés sont plus chers.


👓 L'info en + : Matières naturelles ? Matières artificielles ? Matières synthétiques ? 





Hopaal, c'est également tout ça


  • La confection

Matières Premières : Les ateliers de confection avec lesquels vous travaillez sont-ils certifiés (que ce soit en France ou en Inde) ? 


Hopaal : Oui, ils sont certifiés Oeko-Tex 


Matières Premières : Comment est répartie la confection des vêtements de la marque entre la France et l’Inde ? Pourquoi ne pas réaliser la totalité de la confection en France ? 


Hopaal : En fait, un de nos engagements de 2018 était de confectionner la totalité de nos produits en France. C’est désormais chose faite ! 

La nouvelle collection 100% réalisée en matières recyclées ET 100% confectionnée en France a été présentée lors du dernier Salon du Made in France, en novembre dernier. 


Matière Premières : Est-ce que cela a été facile de trouver des ateliers de fabrication français qui vous ouvrent leurs portes ? Comment vous êtes-vous « imposés » auprès d’eux ? 


Hopaal : Cela n’a pas été « facile » mais nous y sommes arrivés ! 

Notre démarche était de travailler en collaboration avec eux et de créer un véritable échange de compétences. Nous sommes allés à leur rencontre, leur avons décrit le concept d’Hopaal et ses valeurs. Au final, ils ont tous été sensibles à notre message et ont accepté de participer à cette aventure. 


Matières Premières : Pour bien comprendre un prix final, pouvez-vous détailler les coûts de l’Anti-chemise ? 


Hopaal :




  • Questions bonus !

Matières Premières : En quelques mots, pouvez-vous expliquer le programme « 1% for the Planet » et pourquoi y avoir adhérer ? 


Hopaal : « 1% for the Planet » est un organisme permettant de faire un don de 1% de son chiffre d’affaires annuel à une ou plusieurs associations engagées dans la sauvegarde de l’environnement. 


La préservation de l’environnement est une des valeurs que Hopaal défend. Et puis c’est un mouvement global solidaire et collectif, d’autres valeurs importantes. Y adhérer prouve notre engagement et permet qu’un tiers certifie nos dons. 


Nous soutenons les associations Coral Guardians et Mountain Wilderness qui luttent respectivement  pour la préservation respectivement des récifs coralliens et des espaces montagneux. 

Nos clients ont le choix de verser la part du chiffre d’affaire correspondant au montant de leur commande à la cause de leur choix. A la fin de l’année, nous nous chargeons de répartir la valeur de 1% du chiffre d’affaire entre les deux associations, en fonction des souhaits des clients. 



Matières Premières : Quels sont vos projets ? 


Hopaal : Il y en a tellement ! Ce qui est génial et motivant c’est que nous sommes encore une jeune marque donc il y a tout à construire. 

Disons que pour le moment, les plus gros chantiers à venir sont de continuer notre implantation en France, l’internationalisation de la marque et l’ouverture d’une boutique en propre. Mais, nous ne sommes encore qu’au stade de projets…


Matières Premières : Comment voyez-vous la marque d’ici 2-3 ans ? Et quelle évolution souhaitez-vous pour la marque ?


Hopaal : D’ici 3 ans, nous souhaiterions démocratiser notre démarche et prouver qu'il est possible de se vêtir en impactant le moins possible notre planète. Nous aimerions avoir d'avantage de moyens pour faire plus de R&D sur le recyclage des matières dans un objectif d'impact toujours plus réduit des vêtements que nous proposons. Et bien évidemment, étoffer notre gamme en proposant des pièces tendances et élégantes. 

L’aboutissement pour nous serait qu’Hopaal soit synonyme d’alternative éco-responsable dans le secteur du textile moderne. 


Et c’est tout ce que nous pouvons leur souhaiter…


  • Le test grandeur nature


Cette fois, inutile de transpirer (Cf : Les Poulettes Fitness) pour vous donner nos impressions sur l'Anti-chemise proposée par la marque. Ouf ! 


Une chemise, un bonnet "hand-made", du soleil... Et c'est parti ! 


  • Construction de la chemise

L'Anti-chemise est une chemise à coupe droite (donc non près du corps) "casual", autrement dit, décontractée. 

Allez, un peu de technique...


- Le col est un col mini, flottant et non thermocollé (Hauteur = 36 mm, Pointe = 50 mm)  

- La gorge, ou patte de boutonnage, est de type américaine, reconnaissable par la double surpiqûre (les deux coutures parallèles le long des boutons). 



Détail : gorge américaine


- Les poignets présentent des cassures et un seul bouton d'où leur nom théorique de poignets cassés 1 bouton 



Détail : poignet cassé 1 bouton


- Les boutons sont cousus avec des coutures parallèles.


- Le bas de la chemise est arrondi et, au dos, il y a une fente pour plus d'aisance dans les mouvements.


Détail : bas et dos de la chemise


Concernant le tissu utilisé pour la confection, il s'agit d'un Oxford, c'est-à-dire une toile avec les fils de chaîne blancs et les fils de trame colorés (ici rouges). Ces fils sont composés d'un mélange de coton biologique recyclé/polyester recyclé. 


Le grain du tissu est plutôt irrégulier. Cette irrégularité est surtout apportée par le fil de trame. Les fibres courtes de coton recyclé ressortent plus évidemment. 

Le tissu est assez épais. Et le tissage serré apporte une certaine rigidité, ce qui donne un tombé net à la chemise. 


  • Impressions personnelles sur la construction de la chemise

Cette liste est bien évidemment subjective. 


Les ➕ : 

- La jointure au niveau des aisselles forme une croix : c'est un gage de qualité pour une chemise prêt-à-porter. J'insiste sur le terme prêt-à-porter car cela diffère pour les chemises haut de gamme/sur mesure. 

- Le col est agréable sur le cou et reste bien en place à chaque mouvement de tête. N'oublions pas que nous sommes sur une chemise décontractée ! Le col flottant est, dans ce cas, normal. 

- La fente arrière apporte une vraie aisance. 

- Le renfort au bout des pattes de capucin et la régularité de ces pattes. 



Détail : patte capucin


Les ➖ : 

- L'irrégularité de la couture du bas de la chemise. C'est dommage et cela provoque des plis du tissu. 

- Les surpiqûres des boutonnières mériteraient d'être un peu plus propres. 

- La longueur du point de couture pourrait être plus petite. Une chemise de bonne qualité présente généralement 5 à 6 points par cm. Ici, nous tendons plus vers 4 points par cm. 

- Il manque l'hirondelle au niveau des jointures des empiècements dos et devant. Ce qui permettrait de renforcer le tissu à ces endroits fragiles, même si c'est compensé d'une certaine manière par la fente arrière qui évite des tensions trop fortes au niveau de ces jointures. 



Détail : hirondelle à la jointure des empiècements dos et devant (chemise Bonne Gueule)


  • Les petits détail qui font aussi la différence

- L'étiquette sympa au niveau du col



- Les boutons en composite fait à partir de chanvre recyclé également.

- Les galons de la marque : discrets mais qui permettent tout de suite de l'identifier.



Galon de la marque Hopaal


 - Une étiquette avec des instructions de lavage claires



C'est mieux quand c'est clairement écrit


  • Conclusion :

L’Anti-chemise est une chemise casual très agréable à porter, à même la peau ou non. 


Le tissu, à la fois souple et épais, apporte un confort et un tombé intéressants. Il est facile d’entretien et ne se froisse pas trop. 

Enfin on sent qu’il est plutôt robuste et résistants aux frottements et ne bouge pas lors du lavage : les avantages d’une armure toile. 


Le coupe droite et l’épaisseur du tissu permettent de porter cette chemise comme une sur-chemise (ce que j’aime beaucoup faire avec mes chemises). 

Le grain du tissu participe à l’aspect décontracté de la chemise. 


C’est dommage que les manches soient un peu trop longues, pour moi en tous cas. 

Et je regrette sincèrement de ne pas avoir de second bouton sur les poignets qui sont vraiment trop larges. 

En terme de prix, c’est un peu plus élevé qu’une chemise classique de qualité dans le prêt-à-porter. Et le coût se rapproche plus d’un coût d’une chemise basique demi-mesure. 

La marque est totalement transparente vis-à-vis des coûts appliqués et c’est tout à leur honneur. 


L’Anti-chemise, et plus généralement la marque Hopaal, sont recommandés pour avoir des produits de qualité, qui véhiculent des valeurs et une approche du textile différentes. 


Vous l'aurez compris, Hopaal est une marque à suivre qui semble avoir trouvé sa voie et à qui nous souhaitons que du positif pour la suite !


Hopaal, en résumé :




Pour accéder au site de la marque, c'est par ici... 


© 2020 Matières Premières

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon